Le journal de Gary

Un dimanche doux et serein.

J’ai donc vu Gil ce week-end. J’avais peur d’une annulation ou un truc comme ça. Mais non. Un peu avant 21 heures il était là. On a bu un verre en grignotant trois biscuits apéro. Puis on est passé à table. On a beaucoup parlé. On devait faire connaissance. La dernière fois ça avait été trop court pour le faire. On s’est raconté nos vies, notre passé, nos expériences, nos désillusions dans un jeu de regard assez trouvant. Gil est timide et peu sûr de lui. Pourtant c’est ce que l’on appelle un beau gosse. Alors, oui, bien entendu on se trouve toujours des défauts. Mais lui, physiquement il n’en a pas !

Pour "le dessert", il avait prévu une surprise. Lorsque l’on est passé dans la chambre il s’est absenté cinq. Oui j’avoue, une fraction de seconde j’ai pensé qu’il allait revenir et me braquer avec une arme. Oui, je sais, je suis bizarre !! ! Mais en fait, rien du tout. Il est revenu avec pour seuls vêtement un nœud papillon et un mini tout mini slip noir faisant apparaître son parfait p’tit cul ! Il était super sexy !! !
On s’est couché à deux heures du mat.
La nuit a été câline et douce. Un peau contre peau constant en cherchant mutuellement dans le lit. C’était très agréable. Je n’ai pas beaucoup dormi car j’ai le sommeil très léger mais c’était très bien !
On est resté au lit une partie de la matinée. On a continué de parler tout en se caressant et en se faisant des câlins. Puis il a décidé d’aller acheter des pains au chocolat et des croissants. Ce mec est parfait ! Que demander de plus. Après un petit dej qui nous a bien revigoré on a continué la découverte de l’un et de l’autre. C’était un bon moment. Je lui ai demandé ce qu’il cherchait avec les gars. Il ne savait pas trop et m’a dit qu’il profitais juste de l’instant, sans trop savoir où il allait. C’est très bien comme ça.
On a décidé de bouger un peu et on allait flâner dans une enseigne de déco. On a remarqué que l’on avait pas mal de goûts en commun ! Tant de petits qui rapprochent. Des petits bisous ou des caresses au détour d’un rayon. Sur le chemin du retour j’avais l’impression de le connaître depuis des mois. Quelle impression étrange. Ca ne m’a jamais fait ça avec quiconque. Mais la proximité était telle. Comme une évidence.
J’ai vécu une excellente moitié de week-end. Une parenthèse parfaite, simple, naturelle et en osmose. C’est vraiment génial. Ca fait du bien au moral !

Ce soir on a échangé des sms. On s’attire, on se plait et on commence à se séduire. Je ne parle pas encore de sentiment. Il a un peu peur de ce qui lui arrive. Et moi je suis tellement bien avec lui, tellement content que ce soit réciproque, tellement content que ce que l’on a partagé le fut réellement pour tous les deux. Contrairement à lui, je n’ai pas peur de ce qui arrive et de l’indéniable attirance que j’ai pour lui. Mais je ne veux pas qu’il ait peur. Je veux qu’il soit bien et qu’il se rende compte qu’entre lui et moi c’est naturel et évident.

Ce soir j’ai récupéré mes enfants. Ils vont bien. On est en vacances. Noel approche.
A cette heure-ci je suis super bien. Je suis sur un petit nuage. Je profite et savoure ces instants. Ma part de bonheur depuis bien longtemps.