Le journal de Gary

Dernier dimanche de l'année.

C’est la fin de la semaine. Et la fin de la semaine calendaire coïncide avec la fin de ma semaine de garde des enfants. Les fins de semaine sont souvent difficiles. Mais bien plus quand elle font suite à une semaine de vacances où on a eu du temps pour nous, du temps pour faire des trucs ensemble et vivre sans trop de contrainte. Je suis bien content de ne pas être seul ce soir pour vivre ça. Je serai occupé par le voyage en voiture qui m’amènera chez Gil ! Le reste de la soirée sera top !

J’aime bien ce qu’il y a entre nous ! Comme je le disais, je ne sais pas si ce sont les prémices de quelque chose. Mais cette parenthèse me plait énormément. Echange de mots doux, bienveillance, sérénité, facilité. Ca fait énormément de bien par ces temps pas toujours simples. J’ai eu un automne très compliqué. J’ai trainé un mal être sans origine pendant plusieurs mois. Alors cette histoire arrive à point nommé ! On est sur le registre de la séduction à 100%. On se dit que l’on doit prendre notre temps qu’il faut que l’on aille doucement mais on a envie de bruler les étapes ! Il ne faut pas. Il faut y aller tranquillement. On ne se connait pas après tout. Je ne veux pas que tout ça se transforme en feu de paille. Ce serait bien dommage. Alors prenons le temps…

A part ça, Thibault a repris contact avec moi. Il m’envoie de temps en temps de timides sms auxquels je réponds. On parle un peu de tout : des vacances, de Noel, du temps. Tout à l’heure il me disait qu’il avait bien apprécié notre premier rendez-vous et m’a demandé si on se reverrait. J’ai un peu botté en touche.
En même temps, un pote à moi m’a branché sur un plan à trois vendredi prochain avec un pur canon. Là aussi j’ai botté en touche.
Je ne sais pas quoi dire… Dans l’absolu, revoir Thibault ne me dérange pas, passer un moment sex avec deux bombes non plus. Mais il y a quelqu’un dans mes pensées.
Je pense que ma soirée et ma nuit prochaines vont être décisives. Je ne sais pas pourquoi. Quelque chose va se décanter. Je verrai. Je vous dirai.

Bon j’arrête là, je vais passer le reste de l’aprem avec mes fils.

Bon dimanche les copains !