Le journal de Gary

Doublé.

Comme je disais cette nuit, je ne suis pas allé bosser. Ce matin je me suis réveillé à 8h. Tranquillement. J’ai pris mon petit dej et je me suis foutu sur la console de jeu. J’ai trainé jusqu’à midi. Ca tranche avec mes journées de samedi et de dimanche où je n’ai pas eu beaucoup de temps pour moi. Entre les enfants, l’intendance de la maison et tout le reste j’ai été super occupé. Il y a des week-ends comme ça. Celui-là fut particulièrement chargé.

Aujourd’hui fut la journée des hétéros ! J’en ai rencontré deux. La quarantaine passée, mariés, des enfants. Bref, le parcours classique des gars qui n’assument pas ce qu’ils sont, des gars qui ont choisi la voie de l’hétérosexualité car c’était celle qui devait être choisie. En principe, ils sont peu dispo. Très souvent entre midi et deux. Jamais le soir, ni le week-end. C’est le deal avec les hétéros en couple. C’est aussi le cas pour les gays mais ils peuvent plus souvent se libérer. Ca me rappelle mon ancienne vie.
J’ai passé de bons moments. Avec les deux. J’ai préféré le second tout de même.
Je leur ai sorti le grand jeu. Je voulais leur faire voir ce que c’est de s’envoyer en l’air avec un mec. Ils ont aimé. Pendant qu’on était au lit et qu’ils s’abandonnaient au moment, je me demandais comment ils faisaient pour ensuite rentrer dans leur foyer et retrouver leur femme. Alors, oui, on peut me retourner la question. La différence c’est que je gardais une certaine retenue. Je ne me donnais pas entièrement. C’était juste sexuel. Juste me défouler un moment. C’était tout. Eux étaient dans une autre attente. Quelque chose de plus sensuel, de plus fusionnel. Je leur ai donné ce qu’ils étaient venus chercher. Et je pensais à leur vie dans laquelle il manquait quelque chose, comme une part de leur existence qu’ils ne peuvent pas vivre.
Ils me font de la peine.
Je reverrai surement le second. J’ai bien accroché. Et il est bien foutu ! Il pratique le VTT et la muscu et ça se voit… Ca rajoute un peu plus à la rencontre !

Bon demain, retour au taf !
Je me couche de bonne heure.

A demain.