Le journal de Gary

Un brin de nostalgie.

Je continue la convalescence de mon second à la maison et je commence à trouver le temps long tout de même. Il me tarde de retourner au taf. Je commence à m’ennuyer…

Je suis en train de regarder Gremlins. Ce film est génial ! Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai pu le voir !! ! Il fait partie de ces films qui ont bercé mon enfance avec Retour vers le futur, Qui veut la peau de Roger Rabbit, les Goonies ou encore Chéri, j’ai rétréci les gosses. J’en ai passé des heures devant mon magnétoscope à visionner ces films ! C’était top !
Quand j’étais malade j’ai vu que Netflix diffusait La Vie à cinq. Cette série était importante pour moi ! J’adorais regarder comment évoluaient les personnages, les problématiques qu’ils rencontraient. Surtout les deux jeunes qui avaient sensiblement mon âge (Bailey interprété par Scott Wolf et Julia, joué par Neve Campbell). A l’époque j’étais amoureux de Neve Campbell. Bon, je crois que je le suis toujours ! Neve, si tu passes par là, écris moi !!! ! M6 diffusait la série le samedi vers midi. Je ne ratais aucun épisode ! Bon, aujourd’hui, la série a pris un sacré coup de vieux ! Difficilement transposable à ce que les personnages pourraient vivre aujourd’hui mais ça se laisse regarder surtout pour les fans comme moi !
L’autre jour je suis tombé sur une vidéo du Grand Bluff, une émission animée par Patrick Sébastien. Il piégeait les animateurs de jeux télé dans leur propre jeu. Cette fois-ci c’était Christian Morin, animateur de La roue de la fortune. J’ai regardé le sketch et une fois la supercherie dévoilée j’ai les larmes qui sont montées. Je les ai laissées couler sur mes joues sans les retenir. Je ne peux pas dire que cette vidéo faisait dans l’émotion. Non pas, un seul instant. Mais j’avais besoin de pleurer.
J’ai un côté nostalgique. Je l’ai toujours eu et je l’aurai toujours. Depuis la séparation, il est bien présent. Nostalgique de mon enfance et mon adolescence, moments bénits où on n’a pas de problème, ou du moins, pas de vrai problème. Ouais, c’était la belle époque où la seule préoccupation que l’on avait était de vivre notre vie facile (la mienne du moins).
Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Il faut assurer : sa vie, sa famille, son taf. C’est fini le temps de l’insouciance. Est-ce que la nostalgie est proportionnelle à la difficulté de la vie actuelle ? J’aimerais bien le savoir !

Allez, je retourne à mon film !

Bonne soirée !