Le journal de Gary

Prendre le temps.

Demain retour au taf. Ca va me faire du bien. Vraiment. Voir du monde et avoir des conversations intéressantes. Des conversations avec des adultes j’entends.

J’ai toujours l’impression que je n’ai le temps de rien faire. Hors depuis ma séparation, j’ai tout le temps dont j’ai besoin. Alors bien entendu les semaines avec les enfants sont plus chargées mais dans l’ensemble, j’ai du temps. Et pourtant, j’ai toujours l’impression de courir après le temps, de me dire je le ferai plus tard, de reporter des choses à lorsque j’aurai une plage de temps plus importante.
Je dois me dire que ma vie n’est plus la même que celle que j’avais avant. Je n’ai plus cette vie où je devais faire plaisir à l’un, faire les corvées de l’autre sans m’accorder du temps pour moi.
Je m’en accorde du temps mais je ne m’en rends pas compte. J’ai l’impression de toujours tout faire dans la précipitation. Bon, aujourd’hui, ce n’est pas le bon exemple car j’ai du aller chez le dermato, passer à la pharmacie, récupérer une attestation chez le médecin pour mes jours de garde d’enfant, emmener et ramener mon grand à la musique, tout ça entrecoupé de tâches ménagères que tout parent connait.

Je ne prends pas le temps de m’arrêter et de me dire : Tiens, je prends du temps pour moi. Il faut dire aussi, que je n’ai pas de passe temps, de hobby en particulier qui me permettrait de penser que je profite un peu plus du temps que j’ai devant moi et du temps que je passe à faire des choses intéressantes. Alors, oui, j’écoute de la musique, je regarde la télé (assez peu finalement), je joue aux jeux vidéos mais je ne lis plus, je ne fais pas de sport. Je n’ai pas de truc à moi. Et pourtant j’ai tout le temps de me plonger dans un bon bouquin, je me poser et écouter les chansons que j’aime ou encore prendre une paire de baskets et aller courir. J’écoute de la musique en faisant mon repassage et je ne prends pas le temps de lire. Il est donc là mon problème. Alors oui, ce n’est pas un gros problème, je l’entends bien mais je m’en veux. Avant, j’en voulais à Ophélie de ne rien faire à la maison et de ne pas me laisser du temps pour moi. Et maintenant que je l’ai et que je ne suis plus avec Ophélie, les choses sont les mêmes. Je dois avouer que, finalement, ce n’était pas la faute d’Ophélie. Non, c’est la mienne. Ca a toujours été la mienne.
Alors je me dis que je devrais me prévoir un temps à moi. Pas une heure devant la télé à zapper tout en cherchant un plan avec un mec. Non, un temps dédié à moi même, pour une activité précise. Marcher, lire ou écouter de la musique. Je devrais essayer pour voir. Juste pour avoir cette sensation de profiter de ma vie. C’est peut-être ridicule à lire mais c’est important pour moi.

Allez, assez pour ce soir !