Le journal de Gary

L'entre deux.

Aujourd’hui c’est la Saint Valentin ! J’ai attendu toute la journée que l’accueil appelle pour me dire qu’une livraison de chocolats m’attendait (oui parce que les fleurs, je m’en fous ça ne se mange pas...). Mais non, pas d’amoureux ou d’amoureuse transi… Rien… Pourtant mon téléphone fonctionnait bien !! !
Si j’avais eu quelqu’un je l’aurai fait. Je l’avais fait à Ophélie. A deux reprises je crois. Enfin bon. Pour l’année prochaine peut-être ! Ou pas !!! !
Je n’ai pas non plus reçu de lettre passionnée ou de mail sulfureux. Non, rien de tout ça. Nada. Décidemment !!! !

Je suis en contact avec un gars. On correspond sporadiquement depuis quelques temps. Je lui parlais de mes plans et j’ai cru déceler une pointe de jugement. Comme si je n’étais qu’un queutard qui passe son temps à baiser tout ce qui bouge. Bon, oui, ce n’est pas faux mais je ne fais de mal à personne (bien au contraire !). Je ne trompe personne, je ne joue avec personne. Je m’amuse, comme le font beaucoup entre adultes consentants.
Lui est transis d’amour pour un mec qui lui a clairement dit qu’il ne se passerait rien car physiquement il ne l’attirait pas. Mais ça ne l’empêche pas de l’appeler 20 fois par jour et de l’appeler par des mots doux. Bref.
Et finalement, il ne sait pas qu’il veut. Il ne cherche pas un mec, il ne cherche pas un plan. Alors quoi ? Le fameux sexfriend. Je pense que c’est le piège dans lequel tombent bien des gens qui pensent avoir trouver une personne pour le fun et qui se retrouvent à tomber amoureux de ce friend pour lequel le sex n’est pas seulement à l’ordre du jour. C’est tellement casse gueule tout ça ! Je suis persuadé que neuf fois sur dix ça finit mal. Une personne célibataire, disponible, qui nous plait (forcément on couche avec), que l’on voit régulièrement, avec qui ça se passe bien et pour lequel on ne développe pas de sentiment ou d’un moins une attirance plus poussée j’y crois moyen...
Je suis binaire. Soit tu rencontres quelqu’un pour baiser soit pour envisager un truc plus sérieux.
Je n’ai jamais été à l’aise dans cet état d’entre deux. Voir des gars et m’envoyer, boire un verre et échanger trois banalités c’est pas un souci. Mais lorsque ça se reproduit, qu’il y a des sorties, des nuits passées ensemble, ça devient plus compliqué. Certainement ce que l’on appelle être sexfriend. J’ai du mal avec ce concept… Cet entre deux où tu ne sais pas trop où tu vas… Ca ne me convient pas. Il faut définir les choses : soit on est en couple soit on ne l’est pas.
Je dois être trop vieux pour ces nouvelles façons de faire !!! !

Bonne soirée !