Le journal de Gary

D'une façon de voir les choses.

Comme convenu, hier soir Thibaud est venu. Il y a des rencontres qui marquent plus que d’autres. Il y a des gents qui vous font réfléchir. Thibaud fait partie de ces personnes.
Il a toujours ce côté timide et un peu paumé. Mais c’est un vrai gentil. J’aime sa façon de voir les choses. Il est simple. Il ne se prend pas la tête. Sa formation se termine au mois de février. Il a donné son préavis pour son appart. A la fin du mois de février il part voir sa sœur quelques semaines, puis un ami et s’installera chez son père. Il m’a dit qu’il avait commencé à se débarrasser de certaines affaires et qu’il voulait voyager léger. Il m’a dit : On n’a pas besoin de beaucoup choses pour vivre. Et il a raison. Je suis assez matérialiste et assez terre à terre pour certaines choses. Je ne suis pas quelqu’un qui aime posséder les choses ou qui envie les biens d’autrui. Mais j’aime la sécurité dans laquelle je me trouve. Mais effectivement, je pourrai vivre plus simplement. Réaliser que ma vie n’est pas si mal que ça, que je n’ai pas de problème particulier et que je n’ai pas besoin de me complexifier la vie comme ça.

Il a 31 ans. Il a la vie devant lui et surtout il est libre de faire et aller où il est veut. Il n’a pas d’attache, il n’est pas du coin, il a des projets professionnels. Quelle chance ! Pouvoir s’installer là où on veut, choisir la ville que l’on souhaite, choisir la vie que l’on veut. C’est tellement génial ! Je n’aurai jamais cette chance. Ma vie est ici, avec mes enfants. J’ai mon taf, ma famille, mes habitudes. Je suis ancré dans ce département et je ne pourrai pas en échapper. Bon, c’est pas une mauvaise chose non plus. Mais me dire que ce ne sera jamais possible pour moi m’embête un peu…

Le reste de la soirée s’est bien passé. On a mangé tranquillement puis on a fait des câlins sur le canapé. C’était très agréable ! Le reste de nuit, très courte, fût un peu plus sex !

Ce soir, je ne sors pas, je ne vois personne. Ca suffit ! Assez donné sur la semaine. Ce soir c’est repos, repos, repos !
Je pense un peu à moi et me préserve.

Stop pour aujourd’hui.